La science de la présentation

par Phil Waknell

Je ne suis pas un mécanicien automobile. Je ne joue pas avec le moteur de ma voiture dans l’espoir de le faire fonctionner mieux, car je ne comprends pas son fonctionnement en détail. Je laisse cela aux experts, qui sont formés et expérimentés.

Le cerveau humain est beaucoup plus complexe qu’un moteur, et nous en savons beaucoup moins sur son fonctionnement. Essayer de faire une présentation sans en savoir un peu plus sur le fonctionnement du cerveau, c’est comme jeter une clé à molette dans une voiture en espérant qu’elle réparera les freins.

Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas faire un exposé de neurologie ici. Je vais simplement vous donner quelques informations sur ce que les présentateurs doivent savoir. Je pense qu’il s’agit de connaissances indispensables car lorsque vous faites une présentation vous essayez de modifier d’une manière ou d’une autre ce qui se trouve dans le cerveau de votre auditoire. Les points suivants sont mes propres conclusions basées sur la lecture de nombreux livres et articles, ainsi que sur ma propre expérience. Si vous avez besoin de voir la science derrière ces simples déclarations, je vous recommande l’excellent Brain Rules du Dr John Medina et tout ce qui est écrit par Richard Wiseman ou Richard Mayer.

  1. L’attention divisée n’existe pas : il y a l’attention non divisée, ou la distraction. Si vous n’avez pas toute l’attention de votre auditoire, il ne comprendra pas bien ou ne se souviendra pas de ce que vous dites.
  2. La durée d’attention est courte, même pour les sujets intéressants, et presque nulle pour les sujets ennuyeux.
  3. En ce qui concerne les présentations, deux synonymes de “ennuyeuses” sont “typiques” et “prévisibles”.
  4. Les êtres humains ne peuvent pas simultanément écouter une chose et en lire une autre.
  5. Nous oublions la plupart de ce que nous entendons, très rapidement.
  6. Plus on en dit, moins on s’en souvient.

Les présentateurs en entreprise doivent savoir ce que la science sait déjà sur la façon dont leur auditoire prête attention et apprend. La plupart des présentateurs ne font pas assez d’efforts pour capter ou retenir l’attention ; ils s’attendent à ce que les gens lisent et écoutent simultanément, ils n’utilisent pas d’images mémorables, leurs présentations sont trop longues et ils en disent généralement trop par peur d’omettre quelque chose.

Tout cela peut être doublement pertinent pour les présentations en ligne. Alors qu’un auditoire en présentiel est capable de prêter attention à son patron pendant vingt minutes, cette durée d’attention peut n'être que de dix minutes dans une réunion en ligne, où l’orateur ne sait pas si les participants sont attentifs - et où les participants savent que l’orateur ne le sait pas.

Une présentation est un travail difficile. Si le présentateur n’y met pas du sien, l’auditoire n’y mettra pas du sien non plus.

Ceci est un extrait de Business Presentation Revolution, le nouveau livre de Phil Waknell, publié le 7/14/21. Pourquoi attendre ? Rejoignez la révolution en cliquant ici pour obtenir gratuitement l’introduction dès aujourd’hui.