Que devons-nous changer pour améliorer nos présentations ?

par Michael Rickwood

En 2021, il est plus facile que jamais d’accéder à des sources diverses et variées pour savoir comment faire une bonne présentation. Les talks TED, les présentations de grandes entreprises et nos conférenciers et leaders préférés en sont de bons exemples.

Pourtant, il y a encore des choses qui doivent être changées. J’ai essayé de les rassembler dans ce que j’appelle les 5 points négatifs, suivis de nos propres solutions révolutionnaires !

Pas de fondations, les gens agissent toujours trop souvent à la dernière minute, qu’il s’agisse de terminer cette dissertation de 20 000 mots à l’université écrite la veille ou du rapport financier mélangeant Excel et tableurs, fait dans le métro le matin même. J’ai vu beaucoup de conférences TED où les intervenants arrivent à l'événement avec un discours trop long et alambiqué. Le manque de planification décente entraîne des situations difficiles et une perte de crédibilité. Il peut également accroître l’anxiété. Vous ne savez pas vraiment de quoi il s’agit ? Votre auditoire ne le sera pas non plus. Si vous ne vous concentrez pas sur ceux qui vous écoutent, vous n’obtiendrez pas les résultats escomptés, et si l’objectif n’est pas clair dès le départ, ce sera doublement difficile. Prenez toujours le temps de connaître les besoins et le contexte de votre auditoire. 

La solution est la Révolution n°1 - Ce n’est pas votre présentation, c’est la leur. 

A à A. A à A signifie qu’au lieu d’emmener votre auditoire du point A au point B ou de A à C, il ne va en fait nulle part. Personne n’a envie de s’asseoir dans une voiture qui ne va nulle part. Raconter l’histoire de votre vie sans nous donner une raison pour laquelle elle est significative pour nous n’impressionnera personne. Demander à votre auditoire de s’asseoir et de vous écouter sans réaliser quoi que ce soit ou sans donner des instructions ne sera pas bon non plus. Chaque minute doit être significative. Alignez vos objectifs sur leurs besoins. 

La solution, c’est la Révolution n°2 - Ne cherchez pas à informer mais à transformer.

Votre auditoire a les yeux dans le vague. Nous sommes tous passés par là. Assis devant une présentation ennuyeuse et laborieuse, sans interaction, ni variation, ni transitions claires. Des introductions décousues qui démarrent et s’arrêtent comme un moteur hors-bord et des conclusions qui tombent d’une falaise de silence. Le storytelling n’est pas seulement quelque chose que l’on dit aux enfants tous les soirs, c’est quelque chose dont nous avons tous besoin. 

La solution est la Révolution n°3 - Créez votre histoire avant vos diapositives.

La mort par le biais de diapositives trop denses. Nous avons tous entendu tout et son contraire à propos des diapositives. Pas plus de 5 diapositives par présentation, 7 puces par diapositive…PowerPoint devrait être purement et simplement interdit. En 2021, tout le monde a encore une opinion. La communication a différents supports et les diapositives visuelles et les documents écrits sont deux choses distinctes qui nécessitent chacune des contextes différents. Vous ne pouvez pas faire d’une pierre deux coups en essayant de prendre un raccourci et de demander à l’auditoire de lire et d'écouter en même temps, cela ne fera que le tuer.

La solution est la Révolution n°4 - Ne confondez pas diapositives et documents.

La pression pour être parfait. Quelle est la cause de l’anxiété de la plupart des présentateurs modernes ? L'élévation du niveau des présentations, tant dans le monde professionnel que dans celui du spectacle. Cela a créé beaucoup de pression pour le présentateur moderne, surtout maintenant que beaucoup de choses sont filmées et distribuées en ligne. Que vous soyez un cadre, une start-up ou un universitaire, savoir se lever et parler est une compétence importante dans une carrière. Mais rassurez-vous, personne ne peut être meilleur que vous. Alors ne vous comparez pas aux autres. 

La solution, c’est la Révolution n°5 : ne visez pas la perfection mais soyez vous-même.