Le triangle du leadership

par Joe Ross et Michael Rickwood

L’objectif au cœur de toute présentation est de persuader l’auditeur. Aujourd’hui, tout le monde se livre à une guerre pour l’attention et l’espace, avec l’auditeur comme cible. Cette guerre a mené à une prise de pouvoir des émotions, et la logique calme et raisonnée semble être passée de mode. Individuellement et collectivement, la plupart d’entre nous ingurgitons l’information sous forme de petites bouchées auditives, de brèves nouvelles, et de titres racoleurs affichés sur l’écran de notre smartphone ; les opinions changent à chaque coup d’œil sur notre écran.

Dans ce paysage moderne, réaliser une présentation ou un pitch qui capte l’attention est plus important que jamais. Le challenge, aujourd’hui, est de se démarquer du bruit de fond en trois minutes ou moins. Les présentations modernes doivent être efficaces, mémorables, et passionnants, en particulier dans le monde de l’entreprise. Cette amélioration de la communication rend les messages plus courts, plus clairs, plus créatifs et plus faciles à contextualiser. C’est un vrai changement par rapport aux réunions longues et ennuyeuses, que nous avons pratiquement complètement éliminées nous-mêmes !

Cependant, l’art du pitch a un revers de la médaille. Nous croulons sous les messages communiqués en ligne à travers les autoroutes de l’information surchargées, s’adressant directement à nos cerveaux pris d’assaut. Pire, chaque présentation finit désormais sur YouTube et se répand à travers les réseaux sociaux comme la grippe.

En 2019, nous faisons face à un nouveau paradigme. Alors que tout devient de plus en plus flamboyant et bruyant, nous nous focalisons sur le comment et nous oublions le quoi, et pire, le pourquoi.

Nous avons souvent ressenti des sentiments contradictoires lors du coaching de conférences TEDx. D’une part, ce sont d’excellents outils pour découvrir et inspirer. D’un autre côté, ce sont parfois juste une opportunité pour assurer son autopromotion. Pour que notre contenu ait du sens, le pourquoi, nous pouvons nous inspirer de la rhétorique grecque antique.

Ethos Pathos Logos Triangle

Dans la Grèce antique, Aristote base l’argumentation persuasive sur trois piliers : ethos, logos et pathos. Depuis la révolution industrielle au 19ème siècle, le centre d’intérêt de nombreuses industries s’est déplacé vers le logos, avec l’utilisation de faits et d’une structure. Ce style de communication froid, dénué d’empathie, a dominé la communication d’entreprise. Aujourd’hui, au 21ème siècle, avec tous nos outils high-tech, l’accent est mis sur le pathos, le pilier émotionnel. C’est rafraîchissant, mais sans message de fond cela laisse une impression de vide. Le pilier « ethos » est toujours resté présent, en particulier dans les discours les plus inspirants.

Un équilibre entre les trois piliers était la méthode de base il y a plusieurs milliers d’années. Mais il semble que l’ethos soit menacé dans certains milieux politiques, et cela risque de contaminer les mondes de l’entreprise et de l’éducation. Aujourd’hui nous sommes au milieu du gué. De nombreuses personnes déclarent leurs revendications, les dirigeants peinent à se faire entendre. Les populistes font appel au pathos pour vendre des promesses qu’ils ne pourront jamais tenir. Avec des conséquences désastreuses pour le bien de la société.

Cependant, l’histoire a démontré que conserver son « ethos » intact était une arme redoutable dans ces situations. L’ethos unifie les personnes et promeut stabilité et prospérité dans la société. Le mouvement de logos a pathos a tout déséquilibré, et risque de nous faire perdre « l’ethos ».

Nous nous rappelons une citation de la Révolution française : « avec un grand pouvoir viennent de grandes responsabilités ». Que vous dirigiez une petite équipe ou que vous soyez le président d’un grand groupe, ce que vous dites influencera votre société et les personnes qui y travaillent à plus ou moins long terme.

Faire preuve d’ethos, c’est rester fidèle à son message, à ce qu’il signifie, à sa vision. C’est rester fidèle à son « pourquoi ». De ces fondations, vous pourrez bâtir une communication efficace et persuasive, équilibrée entre ethos, logos et pathos. Comme le savent tous les grands leaders, c’est une question d’équilibre.